Sommet de la Cemac : l’avenir du franc CFA débattu à Yaoundé

Diass-Infos : Le président camerounais Paul Biya a présidé vendredi à Yaoundé l’ouverture d’un sommet extraordinaire de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac), qui regroupe six pays, pour débattre notamment de l’avenir du franc CFA.

Après les pays d’Afrique de l’Ouest, c’est au tour de l’Afrique centrale de questionner la pertinence d’une monnaie aux réserves de change déposées en France et convertible en euro, présentée par certains comme « héritée de la colonisation ».

« Les présentes assises nous donnent à nouveau l’occasion d’échanger et d’arrêter des mesures complémentaires pouvant consolider le redressement économique de notre sous-région », a déclaré Paul Biya.

Le sommet de Yaoundé, qui doit s’achever vendredi, est consacré notamment à la situation économique des pays de la Cemac que sont le Cameroun, la République centrafricaine, le Congo, le Gabon, la Guinée équatoriale et le Tchad.

Prudence dans les termes officiels du Cameroun

Dans un dossier de presse transmis à l’AFP, la présidence camerounaise a indiqué que l’avenir du franc CFA faisait aussi partie des thèmes inscrits à l’ordre du jour des travaux des chefs d’État qui se déroulent à huis clos.

« La monnaie héritée de la colonisation (le franc CFA) divise les économistes et les chefs d’État de la zone Franc », a écrit la présidence camerounaise. Cette monnaie « est présentée par de nombreux experts en finances comme un frein au développement« , a-t-elle ajouté. « Ceux qui sont pour le maintien du franc CFA avancent l’argument de la stabilité qu’offre cette monnaie face aux spéculations« , a poursuivi la présidence camerounaise, sans préciser quelle était la position du Cameroun.

DIASS

Diass-Infos : le portail d'informations de Diass sur le web.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *