SALY PROPRE ?

SALY PROPRE ?


Station balnéaire de Saly : 32 jeunes recrutés pour le nettoiement de la voirie

La commune de Saly, en partenariat avec le Fonds d’entretien routier autonome (Fera), a recruté 32 jeunes pour s’occuper du nettoyage des rues de la commune. Cela, afin de faire de cette station balnéaire de la Petite Côte l’une des plus propres au monde.
La commune de Saly veut être aux normes des stations balnéaires les plus propres et les plus attrayantes au monde. Après la restauration des plages qui a permis aux hôteliers de retrouver le sourire et de s’engouffrer dans la relance du secteur touristique, la commune de Saly à procéder hier au lancement des travaux de nettoiement des routes de la collectivité. Des réalisations qui pourraient aider la station à regagner son lustre d’antan. En ce sens, elle a signé une convention avec le Fonds d’entretien routier autonome (Fera) à travers laquelle 32 jeunes sont recrutés pour l’entretien des routes bitumées de la commune.

Selon Ousmane Guèye, maire de Saly, le recrutement de ces jeunes participe à régler leur emploi. C’est pourquoi il leur a lancé un appel. «Nous invitons ces jeunes à comprendre qu’ils sont les ambassadeurs de la commune. Nous leur demandons de respecter les horaires de travail et à bien nettoyer les rues. Il n’y a pas de sot métier. Moi-même j’ai commencé ma vie professionnelle comme pêcheur et je vendais du poisson dans les quartiers de Saly. Ensuite, nous avons mis en place une association pour prendre en charge les ordures au niveau de cette commune. D’ailleurs, nous avons prévu de descendre dans la rue à chaque fin de mois avec tout le personnel de la mairie pour accompagner ces jeunes dans le nettoiement des rues», déclare l’édile. Qui a également exhorté ces jeunes à faire de leur mieux pour gagner le prix que le Fera a mis en jeu et qui consiste à donner à la commune qui aura les rues les plus propres 4 km de routes bitumées. «Nous fondons beaucoup d’espoir sur ces jeunes pour gagner le prix du Fera, parce qu’un km de route c’est déjà beaucoup d’argent. J’en veux pour preuve les 7,150 km de routes qui sont réalisés dans la commune et qui ont coûté 1 milliard 803 millions de francs Cfa. Et si on t’offre gratuitement 4 km, c’est presque 1 milliard. Cela n’est pas négligeable. Je crois qu’il faut qu’on saute sur l’occasion et nous ferons tout pour gagner ce prix», plaide le maire de Saly.

Il s’est ainsi réjoui des rapports excellents qui existent entre la commune et la Société d’aménagement et de promotion des côtes et zones touristiques du Sénégal (Sapco) et que face aux nombreux défis qui se dressent devant eux, ils vont continuer à travailler ensemble pour réussir à bâtir ces grands chantiers qui se dressent sur leurs chemins.
Quant à Ibrahima Thioub, représentant la directrice de l’Exploitation de Saly et de la Sapco, il s’est félicité de la signature de cette convention, tout en rappelant l’enjeu que la station constitue. «Saly constitue une station balnéaire très convoitée au niveau international, alors que la propreté constitue actuellement un levier fort du développement du Sénégal. On ne peut pas parler de tourisme sans parler de propreté. Donc il faudrait qu’ensemble les acteurs se réunissent autour de l’essentiel pour que la station soit la plus propre attractive et la plus attrayante de l’Afrique de l’Ouest», dit-il.
lequotidien.sn

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :