Emballage biodégradable : Une niche pour les Pme sénégalaises


Diass-Infos: Plusieurs stands installés dans le grand pavillon du Cices sont occupés par des exposants sénégalais et même des étrangers. Ils participent au Salon international pour l’alimentation et l’emballage. Plusieurs Pmi et Pme s’activant dans le domaine de l’emballage ont pris d’assaut les emplacements pour faire la promotion de leurs produits. C’est le cas de l’entreprise Rufsac qui produit plusieurs types d’emballages biodégradables : des sachets de très petite, moyenne et grande taille en fonction du besoin et du secteur. Ces sachets peuvent être utilisés pour l’emballage des produits alimentaires, pharmaceutiques, etc. Un peu plus loin, le stand de Ecoflex, structure sénégalaise spécialisée dans l’emballage de produits alimentaires, offre aussi une gamme d’emballages.

Cette structure fait de l’emballage à base de polyéthylène, matière qui permet de conserver au frais, pendant des mois, des produits alimentaires. Babacar Sarr, responsable de la structure, indique que le polyéthylène permet de conserver les produits alimentaires, halieutiques, fruitiers dans des conditions optimales pendant plusieurs mois. Il a pu, avec ce produit, fabriquer un récipient isotherme permettant de garder au frais du poisson, de la viande. Un instrument utile en milieu rural où il n’y a pas d’électricité. Plusieurs Pme sénégalaises s’activant dans le secteur de l’emballage présentent leurs produits à côté des sociétés internationales venues notamment de la Turquie, de la Tunisie, de l’Inde, de la Côte d’Ivoire, de la Hollande, du Maroc, etc. Ouvrant le Salon international pour l’alimentation et l’emballage, le directeur de cabinet du ministre du Commerce, du Secteur informel, de la Consommation, de la Promotion des produits locaux et des Pme, Augustin Faye, a laissé entendre que le secteur de l’emballage peut être porteur pour les Pme. Elles peuvent saisir beaucoup d’opportunités dans le secteur de l’emballage. «Le problème de l’emballage constitue un défi majeur pour nos Pme qui, pour la majorité, évoluent dans l’informel. Pour bien vendre un produit, il faut parfaitement s’occuper du contenant, c’est l’emballage de ce produit.

Le premier attrait pour le produit est représenté par son emballage», estime M. Faye. Il a rappelé que le ministère aide les industries à se mettre aux normes par rapport à l’emballage qui contribue à la préservation de la qualité hygiénique des aliments mais constitue également une valeur ajoutée pour les produits, soulignant que pour l’exportation des produits, l’Asepex travaille sur les emballages. Un guide de l’emballage a été élaboré pour la mangue sénégalaise avec l’appui des partenaires techniques et financiers pour un accompagnement dans le packaging.  «Les participants étrangers ressentent un intérêt à venir au Sénégal présenter leurs produits parce que le marché sénégalais de l’emballage est en pleine expansion», affirme-t-il. En ce qui concerne la loi sur l’interdiction des sachets plastiques, M. Faye reconnaît que l’application fait défaut et juge nécessaire de faire l’évaluation exhaustive pour mesurer son impact. Cependant, il note une réduction de l’utilisation des sachets plastiques avec la pénétration des emballages en papier.Source: Trade-Echos.net

khalil

DIASS-INFOS RADIO TV : le portail d’informations de Diass sur le net, Premier site d’actualité de Diass au Senegal.

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :