EXPORTATION DES PRODUITS HORTICOLES: Le Sénégal passe de 15.000 à 100.000 tonnes entre 2011 et 2018


Diass-Infos: Le marché de l’exportation sénégalais semble s’envoler à en croire le Directeur Général du COSEC.

En effet, Mamadou Ndione a fait savoir hier que les exportations des produits horticoles ont connu un bon remarquable. « En termes d’exportation des produits horticoles, on est passé de 15 mille tonnes en 2011 à 100 mille tonnes aujourd’hui », informe-t-il. Selon le Directeur Général, malgré ce « record énorme, nous ne sommes pas encore satisfait, c’est pour cela qu’on s’est dit qu’on doit davantage booster la transformation ; la conservation et l’exportation de ces produits ».Dans cette lancée, l’économiste-écrivain explique, « Nous avons un marché sous régionale de trois cent  millions de consommateurs avec la CEDEAO, les produits du cru peuvent circuler librement dans ce marché, il suffit de mieux travailler les techniques de mise en emballage et de conservation également pour aider davantage nos producteurs à aller conquérir ce marché » ; estime M. Ndione qui se prononçait à l’occasion de l’ouverture officielle d’un séminaire sur « l’amélioration des techniques de transformation, de conservation et de marketing des produits horticoles et halieutiques au Sénégal » tenu à Saly Portudal du 26 au 28 avril.
Pour sa part, le Ministre de la pêche, venu Présider cette cérémonie officielle, a indiqué que «  ces deux secteurs ciblés contribuent à l’équilibre de notre balance commerciale. La pêche par exemple est le premier secteur d’exportation en 2017 avec 244 milliards de francs CFA. L’horticulture avec un bon extraordinaire avec 100 mille tonnes », Omar Gueye. Selon lui, revisiter toute la chaine de valeur de ces deux secteurs, voir les contraintes et proposer des solutions serait très important.
Dans la foulée, Mamadou Ndione fait savoir que cette activité constitue un pas de plus vers le lebel « Made in Sénégal », vers une plateforme d’échanges des bonnes pratiques dans ces domaines. Il estime dans ce dans ce sens pour une meilleure recherche de l’efficience, il faut tendre le plus possible vers un processus d’amélioration continue. « Aujourd’hui, pour ajouter de la valeur à la production, il faut de la transformation, il faut de la conservation », martèle le Directeur Général. Avant de continuer : « Pour conquérir le marché international, il faut une stratégie marketing globale qui part de l’emballage jusqu’au technique commerciales », Mamadou Ndione. source: Mbour infos

khalil

DIASS-INFOS RADIO TV : le portail d’informations de Diass sur le net, Premier site d’actualité de Diass au Senegal.

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :