«Préparez-vous à quitter le pouvoir au plus tard en 2024»

«Préparez-vous à quitter le pouvoir au plus tard en 2024»

16 juin 2021 0 Par khalil

Plus acerbe que jamais, Bruno d’Erneville pense que l’Etat sénégalais a atteint ses limites objectives pour le pilotage de ce pays

Des élections locales transparentes et une transition démocratique sereine à toutes les autres échéances électorales. C’est ce que recommande Bruno d’Erneville au chef de l’Etat dont le régime, dit-il, est marqué par la gabegie, la course à l’enrichissement et la corruption

«Qui peut encore croire que vous êtes sur la bonne trajectoire pour notre peuple ? » C’est la question que pose le leader du Parti pour l’Action Citoyenne (PAC), Bruno d’Erneville qui connaît déjà la réponse puisqu’il assène : « plus personne, et même pas ceux qui font encore semblant de vous soutenir. Les nouveaux soulèvements d’étudiants semblent sonner le glas de votre régime, vous êtes désormais sur la corde raide… Vous le savez, les remous de cet ordre commencent par les étudiants puis gagnent les syndicats et puis la grande masse de la population. »

Plus acerbe que jamais, Bruno d’Erneville pense que l’Etat sénégalais a atteint ses limites objectives pour le pilotage de ce pays. C’est pourquoi, croit-il savoir, pour sauver ce qu’il nous reste du pays, le président de la République se doit : « de rassurer le peuple qu’il va y avoir des élections locales sans coup férir et en toute transparence, et d’engager tout de suite après ces Locales une réflexion élargie, nationale, pour une transition démocratique sereine et transparente à toutes les autres échéances électorales qu’attendent ardemment les populations qui, si vous ne le voyez pas gros comme le nez au milieu de la figure, ont tourné la page APR / BBY ».

 Comme si cela ne suffisait pas, il ajoute : « Préparons sérieusement les Locales en faisant voter les modifications du code électoral sur la base des points d’accord du dialogue politique, organisez sans tricher ces élections et préparez-vous à quitter le pouvoir, au plus tard en 2024 ». Et, prévient Bruno d’Erneville, toute autre manœuvre qui sera tentée pourrait déclencher une rage générale qui vous emportera dans la douleur. Car il estime que ni la gendarmerie, ni la police, ni même l’armée ne peuvent stopper ces phénomènes. « Bien sûr tout cela est regrettable, votre politique politicienne et affairiste a noyé les quelques réalisations ou même avancées (soyons honnêtes) que vous avez pu faire. Votre drame : la gabegie, la corruption flagrante et l’impéritie de vos ouailles couplées à une verve sans nom de vos affidés. Les jeunes en ont plus que marre et votre tournée prétendument économique ne trompe plus personne. Alors stoppez-la illico presto et revoyez votre copie », dénonce-t-il.

Plus loin, le leader du PAC indique qu’une constituante sera sans doute nécessaire plus tard vu l’ampleur du fossé entre la gouvernance politique actuelle et le vécu du peuple. Pour le moment, il invite les Sénégalais à revenir maintenant aux sources culturelles, cultuelles et historiques de notre Nation pour construire de manière pérenne un avenir favorable à notre peuple, et à sa jeunesse.

l’AS