États-Unis: accusé de harcèlement sexuel, le gouverneur de New York démissionne

États-Unis: accusé de harcèlement sexuel, le gouverneur de New York démissionne

12 août 2021 0 Par khalil

Le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, accusé de harcèlement sexuel par plusieurs femmes, a annoncé ce mardi 10 août sa démission, une semaine après un rapport accablant sur l’affaire.

Andrew Cuomo, 63 ans, gouverneur en place depuis 2011, avait été mis en cause pour la première fois en février. Depuis, les témoignages d’anciennes employées de son administration ou conseillères s’étaient multipliés. Mais jusque-là, il avait repoussé les appels à la démission

La semaine dernière, un rapport accablant avait été rendu public dans ce dossier au terme d’une enquête indépendante demandée par la procureure générale de l’État de New York, qui l’accusait d’avoir harcelé sexuellement onze femmes et enfreint les lois fédérales et de l’État. À la suite de cette enquête, la situation est devenue beaucoup plus difficile pour le gouverneur. Le président Joe Biden l’avait dans la foulée appelé à démissionner, une pression à laquelle le gouverneur ne pouvait résister longtemps. « Joe Biden pendant la campagne, on s’en souvient, a beaucoup insisté sur la restauration de la morale en politique. Donc il a mis une pression très importante à mon avis en coulisse sur Cuomo, dont il est très proche par ailleurs pour qu’il quitte le pouvoir », analyse Jean-Éric Branaa, professeur à l’université de Paris 2, spécialiste des États-Unis.

Parmi les femmes figurant dans le rapport, une assistante a déposé plainte la semaine dernière, ouvrant la voie à des poursuites judiciaires contre Andrew Cuomo. 

 À lire aussi : Harcèlement sexuel: la plus proche collaboratrice du gouverneur de New York démissionne

Vedette nationale au plus fort de la pandémie

« Étant donné les circonstances, la meilleure manière de vous aider est de me retirer », a déclaré ce mardi Andrew Cuomo.

« Le gouvernement de l’État de New York doit gouverner efficacement. Et perdre du temps avec des distractions est la dernière chose que ce gouvernement devrait faire, a encore déclaré le gouverneur. Et moi, je ne peux être la cause d’une telle distraction. Étant donné les circonstances, je pense que la meilleure façon dont je peux aider, c’est de me mettre de côté et de laisser le gouvernement gouverner. Et c’est ce que je vais faire. Parce que je travaille pour vous, je fais ce qui doit être fait pour vous. J’aimerais que mes filles sachent, du fond de mon cœur, que je n’ai jamais manqué volontairement de respect à une femme et je ne le ferai jamais. Et je n’ai jamais traité une femme autrement que de la façon dont je souhaite que mes propres filles soient traitées. »

Andrew Cuomo a une nouvelle fois présenté ses excuses aux onze femmes qui l’accusent, mais sans reconnaître l’aspect harcèlement, précise notre correspondante à New York, Loubna Anaki. Pour lui, il s’agit de simples malentendus et différences de générations.

Le gouverneur démocrate a également assuré que cette affaire était instrumentalisée à des fins politiques. « Je suis un battant et je vais me battre contre cette polémique », a-t-il assuré.

Andrew Cuomo, réélu à deux reprises, était devenu une vedette nationale au plus fort de la pandémie de coronavirus au printemps 2020 grâce à ses points télévisés quotidiens vus comme rationnels et rassurants en pleine crise, et qui l’avaient érigé en figure anti-Trump. Mais son bilan avait déjà été terni par une affaire de sous-estimation du nombre de morts du Covid-19 dans les maisons de retraite, puis par les accusations de harcèlement sexuel.

Andrew Cuomo quittera officiellement ses fonctions dans une dizaine de jours. Il a rendu hommage à la vice-gouverneure Kathy Hochul, qui va le remplacer dans l’immédiat, et devenir la première femme à diriger l’État de New York.

« Au moment où Biden remporte une grande victoire au Sénat, on dégage aussi ceux qui peuvent apporter l’opprobre sur le parti démocrate, conclut Jean-Éric Branaa. Cela coupe comme ça les critiques du parti républicain et ça permet de partir sur les élections de mi-mandat un peu plus léger et sans avoir un boulet sur lequel il va falloir s’expliquer tout le temps. »