« Atlantique », plongée dans les rêves et les traumas des migrants africains

« Atlantique », plongée dans les rêves et les traumas des migrants africains

1 octobre 2019 0 Par khalil

Diass-Infos : La réalisatrice franco-sénégalaise Mati Diop livre, avec son premier long-métrage, « Atlantique », une œuvre puissante, enracinée dans les paysages et les traumas africains. Le film sortira dans les salles le mercredi 2 octobre.

Atlantique, c’était le film de tous les dangers. Jusque-là, Mati Diop, fille du célèbre musicien Wasis Diop, n’avait retenu l’attention, s’attirant des louanges il est vrai, qu’avec deux petits films, un court-métrage et un moyen-métrage.

Le premier, Atlantiques – avec un s –, évoquait en 2010 l’histoire d’un jeune Sénégalais, Serigne, qui avait participé à une traversée clandestine vers les îles espagnoles des Canaries à partir de Dakar et avait survécu miraculeusement à un naufrage. Le deuxième, en 2013, Mille Soleils, était un documentaire très original revenant sur la destinée de l’acteur principal de Touki Bouki, l’œuvre culte de l’oncle de la réalisatrice, Djibril Diop Mambéty, cinéaste-poète qui a marqué à jamais l’histoire du cinéma africain avant de mourir, bien trop tôt, à l’âge de 53 ans.

Première réalisatrice noire à Cannes

Avec son nom et son œuvre cinématographique