Asie,  Inter

Bangladesh: la grève se poursuit dans l’industrie textile

Diass-Infos : Au Bangladesh, ce lundi 14 janvier, des milliers d’ouvriers de l’industrie textile ont à nouveau débrayé, poursuivant une grève qui dure depuis plus d’une semaine. Dans les revendications : de meilleurs salaires.

Cela fait maintenant huit jours que, selon la police, des milliers d’employés de l’industrie textile refusent de travailler, perturbant l’activité économique de ce pays d’Asie du sud où de nombreuses marques occidentales font fabriquer leurs vêtements. Le Bangladesh est le deuxième exportateur de vêtements après la Chine et ambitionne de développer encore ce secteur pour en faire une industrie pesant 50 milliards de dollars par an d’ici 2023, contre environ 30 milliards actuellement.

Mort d’un travailleur la semaine dernière

À l’inverse des jours précédents, aucune violence n’a été signalée, ce lundi 14 janvier. La semaine dernière, un travailleur avait trouvé la mort lorsque les forces de l’ordre avaient tiré des balles de caoutchouc et des grenades lacrymogènes sur 5 000 manifestants. À Ashulia, non loin de la capitale, Dacca, des véhicules blindés et des centaines de policiers gardent les usines du plus grand centre textile du pays. Un message diffusé par haut-parleur lance : « Aucune violence ne sera tolérée ».

Dimanche 13 janvier, le gouvernement bangladais a négocié un compromis entre les syndicats et fabricants pour mettre fin au conflit social, convenant d’une augmentation pour les ouvriers situés dans la partie intermédiaire des grilles salariales. Mais, certains d’entre eux n’ont reçu qu’une augmentation d’à peine 20 takas (0,20 euro) par mois, une somme insuffisante pour nombre de petites mains qui travaillent parfois pour des marques de luxe. « Je pense que la hausse des salaires était injuste », a déclaré à l’AFP Ruhul Amin, président exécutif du Garment Trade Union Centre.

L’économie du Bangladesh repose sur l’industrie textile

L’économie du Bangladesh, pays de 165 millions d’habitants, repose largement sur l’industrie textile. Des millions d’ouvriers sont employés à bas coût dans quelque 4 500 ateliers, fabriquant à tour de bras des vêtements pour les distributeurs occidentaux comme H&M, Primark, Walmart, Tesco, Carrefour et Aldi. Les exportations du secteur textile représentent 80% des exportations totales du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *