Tabaski : Les moutons (presque) intouchables


À quelques jours de la fête de Tabaski, l’heure n’est pas encore au rush pour l’achat de moutons. Et pour cause, les béliers coûtent de la tête aux pieds.
Le constat est de Rewmi Quotidien qui informe que des points de vente, certes clairsemés, sont ouverts un peu partout à travers les artères de la banlieue.
Au croisement dit Béthio, dans la commune de Golf Sud, en passant par la corniche, vers Hamo 3, tous ces coins sont inondés de bêtes.
« 100 000 francs rst le prix plancher, 150 000 francs le prix moyen, 1 000 000 Francs CFA le prix plafond », renseigne le journal. De quoi donner le tournis aux pauvres « goorgoorlus » (crève-la-faim) qui ont encore du mal à trainer le mouton.
Au niveau de Golf Sud, les travaux du Bus transit rapid (BRT) ont créé un vaste désordre. Impossible pour les « téfankés » (vendeurs de moutons) de trouver un lieu pour exposer leurs bêtes. Et, les rares clients qui y mettent les pieds, déplorent la cherté des bêtes.
« J’ai été dans un point de vente, mais impossible d’avoir un mouton à moins de 80 000 francs. Je ne comprends pas une telle situation », explique un client trouvé sur les lieux. « C’est inaccessible pour le moment car trop cher. J’attends encore, peut-être la veille », ajoute-t-il.
Du côté des vendeurs, ce prix élevé serait lié à la cherté des aliments de bétail, sans compter l’eau et la prise en charge des accompagnants.
dakarsoir.com

khalil

DIASS-INFOS RADIO TV : le portail d’informations de Diass sur le net, Premier site d’actualité de Diass au Senegal.

Laisser un commentaire

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :