Le Témoin – Dans sa superbe campagne électorale qui a assurément révolutionné le landerneau politique saafi, Mamadou Ndione, le DG du COSEC et désormais premier magistrat de la commune de Diass

Le Témoin – Dans sa superbe campagne électorale qui a assurément révolutionné le landerneau politique saafi, Mamadou Ndione, le DG du COSEC et désormais premier magistrat de la commune de Diass

31 janvier 2022 0 Par khalil
Publicités
Le Témoin – Dans sa superbe campagne électorale qui a assurément révolutionné le landerneau politique saafi, Mamadou Ndione, le patron du Conseil sénégalais des chargeurs (COSEC) et désormais premier magistrat de la commune de Diass, ne s’est pas seulement appuyé sur des alliés aux profils flatteurs ainsi que sur un dynamique groupe d’amazones.
En effet, dans la stratégie novatrice de campagne de la coalition Euleuk Sénégal And liguey sunu deuk, rien n’a été laissé au hasard. Du choix des couleurs et des emblèmes avec comme symbole une pirogue qui renvoyait à l’Arche de Noé à la puissante sonorisation qui distillait les savoureux sons composés par de grands talents comme Pape Diouf, le groupe Bidew bou bess, Mc Go, Guélewar et Ndab lii, rien n’a été laissé au hasard. Si l’engagement sans faille du chanteur Pape Diouf et des rappeurs de Bidew bou bess qui ont fait le déplacement à Diass et Tchiky a été beaucoup apprécié par le public saafi, la détermination du grand rappeur local MC Go a été, pour sa part, fortement saluée. De même que la chanson du groupe saafi Guélewar dédiée aux belles et dynamiques amazones de la coalition.
Mais le son qui a véritablement rythmé cette campagne et fait sortir même les vieilles personnes des concessions pour esquisser quelques pas de danse ou remuer, au besoin, les épaules, est assurément celui du groupe Ndab lii. Mamadou Faye, le lead-vocal de ce groupe, a, en effet, repris la chanson fétiche des années 70 du réputé Issa Mbaar de Mbayard «Gaal gaa ngui robi» mais en l’agrémentant à sa façon. Il suffisait que le préposé à la sonorisation lance ce son pour voir accourir, de toutes parts, des populations nostalgiques. Et de son œuvre, le jeune chanteur sérère né il y a 48 ans à Mbour en est très fier. Lui qui a passé son enfance entre Mbour Sérère et Dobour, levillage natal de sa mère et qui squattait les «sabar» pour disposer de quelques minutes afin de pouvoir étaler son talent. De la même façon qu’il courait ces séances de tam-tams dans la capitale de la Petite côte, Mamadou Faye, qui passait aussi ses vacances à Ngam, un quartier de Diass, ne ratait pas les grands rendez-vous culturels en pays saafi où il s’inspirait des œuvres du vieux Ousmane Ciss Fassaran. Mais sa première chanson qui a véritablement marqué les esprits a été composée en 1997 à Samkedj, un des 17 villages de la commune de Diass. Mamadou Faye loue, dans cette chanson, les vertus de la cohabitation. En 2006, il réalise son premier son avec MC Garou en hommage à Aïda Diakhaté, une fille arrachée à l’affection des siens à la fleur de l’âge à Diass Kobit. Un son composé en une journée, répété le lendemain et enregistré le troisième jour. Depuis, Mamadou Faye suscite l’admiration du peuple saafi et a tapé à l’œil de Mamadou Ndione qui recourt à ses services pour composer un de ses morceaux de campagne. «Le peuple saafi n’avait pas véritablement mesuré les enjeux de ces joutes électorales. Il fallait le réveiller et lui faire comprendre de quelle chance il disposait en la personne de Mamadou Ndione qui ne cesse de prouver son attachement indéfectible à ses racines», nous a confié Mamadou Faye de Ndab lii.
Pour ses projets, le jeune chanteur, qui est aussi maçon de profession, envisage de lancer, après les joutes électorales qui viennent de se dérouler, un autre son pour montrer que la pirogue Euleuk Sénégal est arrivée à bon port. Il s’agira aussi de demander que les jeunes et les femmes à l’arrimage saluent cet équipage qui va instaurer le renouveau de Diass.
Avec La Voix …