CHARLES ÉMILE ABDOU CISS : «MIEUX VAUT MOURIR DEBOUT QUE DE VIVRE À GENOUX.»

CHARLES ÉMILE ABDOU CISS : «MIEUX VAUT MOURIR DEBOUT QUE DE VIVRE À GENOUX.»

25 mai 2022 0 Par khalil

C’est aujourd’hui que je comprends le sens élevé de ce post de l’ex directeur de la solde car mon horizon est éclairci : le gouvernement a piétiné les accords signés avec les enseignants et rompu le pacte.
Comme vous, je suis frappé d’une lourde déception mais à l’image de Ciss, je ne souhaite pas vivre à genoux. Je n’ai jamais voulu cautionner, l’hypothèse d’une haine envers nous enseignants mais tout semble le démontrer. Cependant ne perdons de vue que malgré ce manque de considération, la marche de la nation ne se fera pas sans nous et elle ne se fera pas non plus dans le mensonge.
Oui !!! notre pays est bourré d’hypocrites qui le plus souvent ne bavent que pour la clémence du chef et pour remplir leurs poches. Où sont – ils pour clamer haut et fort le respect à la parole donnée ??? Et dire que ce sont ces soi – disant donneurs de leçons qui crèvent nos écrans pour enseigner une vérité fausse. Et ce sont encore les mêmes qui s’autorisent le droit de tirer sur une jeunesse aux abois entre envie de vivre et dignité de vivre. Mentir au Sénégal est un marché en plein essor et fait l’affaire des mythomanes. Et dans ce sillage, une partie de cette presse corrompue vend ses temps d’antenne et sa ligne éditoriale pour tresser des lauriers au chef. Gardez vous de penser que vous rendez service à la République. Non seulement vous torturez vos consciences, vous salissez aussi vos âmes en attendant de rendre compte quand vous serez livrés à votre sort. Maintenant tout dépend de nous et de ce que nous voulons être réellement. Si nos autorités ne nous respectent pas et tiennent à nous ridiculiser , nous devons coûte que coûte engager le combat tel un barroud d’honneur et s’investir corps et âmes. Les combats de la vie ne nous offrent que deux possibilités : soit on est acteur soit on est spectateur. Avec ou sans, l’histoire s’écrira et par conséquent nous devons faire un choix. Par ailleurs, je ne serai nullement surpris de voir chacun de nous faire de ce combat le sien même si nous devons tous mourir debout.

ISSA SENE PROF À ÉDUCATION NATIONALE.