A la une,  Socièté

Les notaires donnent un ultimatum de 48 H à Macky Sall

Diass-Infos : « S’ils veulent nous sacrifier, c’est nous qui allons les sacrifiés. Nous avons des informations explosives »

Les 22 notaires ayant réussis au concours d’aptitude à la profession depuis 2016, ont tenu une deuxième rencontre avec les journalistes pour accuser l’Etat du Sénégal ainsi que des lobbyings de bloquer le décret portant la création de 32 nouveaux cabinets de notariat. Ils exigent la signature du décret qui leur attribue le droit d’intégrer le monde professionnel après 3 ans de stage. Revenant sur les motifs de leurs arrestations après leur première sortie, ils s’engagent à aller au bout de leur combat pour avoir une suite favorable à leur requête.

« Nous avions découvert un nouveau projet que le ministère de la justice préparait en cachette. Ceci, pour introduire une signature le mercredi dernier sur un projet de décret qui avait en charge de créer que 7 charges de notaires avec des conséquences qui allaient entrainer notre exclusion de la profession de notaire. Et quand nous l’avons dénoncé, cela a entrainé notre arrestation. On a été relâcher et par la suite nous avons appris de source provenant du ministère de la justice que le projet en question a été retiré de la table du conseil des ministres. Donc, le gouvernement a reculé sur ce point. Mais on reste déterminé. Nous avons aussi appris que le blocage de la création des cabinets provenait du palais », a déclaré, Me El hadji Mansour Diop, président des jeunes notaires issus du concours d’aptitude à la profession.

Pour une issue convenable, ils donnent un ultimatum de 48h à Macky Sall. Sinon, ils révéleront des informations fracassantes qui ne seront pas en faveur du Président. « On sait pourquoi le décret portant création 32 charges a été retiré par le président de la République Macky Sall. Nous lui donnons 48 heures de délai de réflexion pour voir ce qui va advenir. S’ils veulent nous sacrifier, c’est nous qui allons les sacrifiés. Nous avons des informations explosives sur pourquoi le décret n’a pas été signé », menacent-ils.

Cependant, ils annoncent que des correspondances seront adressés à tous les partenaires techniques et financiers du pays notamment le Fond Monétaire International (FMI) et la Banque Mondiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *