Economie,  Socièté

Les ASP: un corps entre le marteau de l’État et l’enclume des Sénégalais

Diass-Infos: L’ agence de sécurité de proximité, créée en 2013 par le décret n° 2013-1063 du 5 août 2013, a permis le recrutement de 10.000 jeunes sénégalais. Présents sur toute l’étendue du territoire national, les  » policiers de Macky Sall » comme on les appelle ironiquement demandent aujourd’hui de meilleures conditions de travail. Compte tenu de l’interdiction formelle qui leur est faite de s’exprimer dans les médias, ils ont préféré garder l’anonymat.  Coup de projecteur sur un corps qui se débat entre snobisme étatique et mépris des populations.

«Notre contrat date de 2014, il a été renouvelé en 2016, en cette année 2018 il arrive à terme. À notre grande surprise c’est un contrat d’engagement sans aucune garantie qui nous soit encore proposée par l’État. Et puis, on nous a dit que ceux qui refuseront de signer seront tout simplement radiés», explique notre premier témoin trouvé dans une structure étatique très fréquentée de Kaolack.

Les charges de travail trop lourdes et la modicité du salaire ont été aussi mises en exergue par nos témoins qui, au prix d’énormes risques ont voulu alerter l’opinion comme leurs camarades de Thies et Dakar.

«Dans les brigades de gendarmerie, dans les commissariats et même dans les salles d’audience du Parquet, on fait tout le travail, on prend tous les risques, il nous arrive même de faire 24h sur 24. Mais à chaque fin du mois, on a que la modique somme de 50 milles francs virée à la banque, sans bulletin de salaire ni rien» se désole cet ancien démobilisé de l’armée qui regrette sa naïveté qui l’avait conduit à croire à toutes les belles promesses des… source: senenews

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *