Burkina Faso: le bilan de l’attaque de Boukouma passe à 80 morts

Burkina Faso: le bilan de l’attaque de Boukouma passe à 80 morts

20 août 2021 0 Par khalil

La dernière attaque des groupes jihadistes a fait officiellement 65 morts parmi les civils, 15 gendarmes et 6 supplétifs des forces armées burkinabè. Ces groupes armés s’attaquent de plus en plus au convoi des forces de défense ou à des convois mixtes, surtout dans la région du Sahel. Cela répond à une stratégie de ces groupes de contrôle cette partie du Burkina Faso, selon des spécialistes. 

Avec notre correspondant à Ouagadougou, Yaya Boudani

Le convoi parti de Dori ce mercredi 18 août comptait près de 80 véhicules. « Il s’étalait sur une distance d’environ 600 mètres », précise une source sécuritaire. Les gendarmes étaient en tête et à la fin. Les assaillants ont ouvert le feu à Boukouma, au milieu du convoi à une vingtaine de kilomètres d’Arbinda après Gorgadji. « Cela a rendu très difficile la riposte des gendarmes car il fallait éviter de tirer sur les civils », soutient notre source. C’est après trois heures de combat que les terroristes ont pu être repoussés grâce aux renforts venus de Gorgadji et Arbinda.

Le nouveau bilan communiqué ce jeudi s’établit à 80 morts, dont 65 victimes civiles, majoritairement des hommes. Leur âge est compris entre 13 et 60 ans. Quinze gendarmes et six volontaires pour la défense de la patrie sont également tombés.

« Prendre le Burkina Faso en étau »

« Désormais les groupes armés mènent des attaques complexes contre des cibles équipées et qui peuvent riposter », selon Mahamoudou Sawadogo. Ce qui fait dire au chercheur que ces groupes ont de nombreux combattants et des moyens matériels importants. « C’est ce qu’on appelle la stratégie orientale. Ils le font pour marquer leur présence sur le terrain. Ils veulent prouver leur maitrise et leur contrôle du territoire », souligne un spécialiste des questions sécuritaires.

Leur intention serait de contrôler totalement cette région du Sahel et « prendre le Burkina Faso en étau », en occupant également d’autres régions.

Vive émotion à Arbinda

L’émotion est encore vive à Arbinda, d’où étaient originaires la plupart des personnes décédées. Ecoutons le témoignage de cet habitant d’Arbinda qui qui a aussi perdu un proche dans cette attaque. Il ne cache pas le choc causé au sein de la population.

« Vraiment les gens sont très tristes, ils sont très tristes, très choqués. Ils ont même peur de l’avenir. Ils ont peur des attaques qui vont venir après, presque toutes les familles ont perdu quelqu’un. Parfois 10, 15, d’autres quatre personnes, d’autres une personne. En tous cas ça a touché la plupart des familles. »

Selon lui, les gens sont terrorisés. « Ils ont tellement peur. Personne n’ose sortir dehors. Si ça doit continuer comme ça, vraiment on ne sait pas ce que l’avenir nous réservera. Le travail même que nous menons sur les sites d’Arbinda : tout est arrêté pour le moment. Même les commerçants ne sont pas sortis hier, toute la journée. Même pour avoir de l’eau c’est compliqué. Toutes les boutiques sont fermées à l’heure où je parle. »